mardi 30 mai 2017

Dinard, protection maximale de 17 clandestins





De mieux en mieux…
Nous vous avions signalé l’inacceptable décision d’ouvrir un CAO à deux pas de la plage à Dinard :

Eh bien, c’est fait. Ils sont là… 17 sont arrivés, bénéficiant de protections et moyens considérables que même Charlie Hebdo n’a jamais eus, et pour cause…
Nourris, logés, blanchis, avec en sus un petit pécule pour le nécessaire, protégés comme personne.
Il est géré par un organisme mandaté par l’Etat et la charge de la structure revient à cet organisme, lequel dispose localement d’un travailleur social (M.P) sur site les jours ouvrables de 9 H 00 à 18 h 00. La structure est placée sous la responsabilité de Mme C.
De nuit le site est surveillé par uns société de sécurité qui dispose sur place d’un agent (de 18 à 9 h 00). Ce dispositif est également effectif les congés de fin de semaine et les jours fériés.
Aucune personne étrangère au dispositif d’accueil (l’accréditation vaut pour l’organisme de gestion et la société de sécurité exclusivement) n’est autorisée à pénétrer sur le site.
Les bénévoles dûment recensés et triés seront autorisés dans un second temps. Le but est aussi d’éviter l’envahissement par les « bonnes volontés » mal gérées.
Le personnel de surveillance de la société de sécurité a été sensibilisé à l’appel 17 Police-Secours
 « Une demande provenant du CAO sera traitée comme une urgence, quel que soit le moment.».
« La menace peut venir de personnes mal intentionnées qui souhaiteraient s’en prendre à la structure sinon aux personnes qu’elle héberge. Dans ce cas, il s’agit de se montrer particulièrement réactifs.
Et tout cela contre qui ?
Des djihadistes ?
Que nenni.
Contre les citoyens patriotes qui  pourraient avoir envie de les expulser, tout simplement, du CAO où ils n’ont rien à faire, et de notre pays où ils n’ont rien à faire.
Pendant ce temps, à Manchester des musulmans ont tué des enfants.
Pendant ce temps, à Lille, deux musulmanes ont été arrêtées qui se préparaient à tuer de nos enfants.
Pendant ce temps, pas une école, en France, n’est protégée, en plein état d’urgence, alors que l’EI a clairement encouragé les siens à tuer encore plus pendant le ramadan. 
La tranquillité des clandestins est une priorité pour Macron.
La vie de nos enfants, Macron s’en tape.
Il l’a dit. Il faut s’habituer au terrorisme… Il n’y a rien à faire. Il faut garder toutes les forces de police, tout l’argent destiné aux entreprises de sécurité pour ceux qui nous envahissent.
Macron est un immonde salaud et ceux qui relaient et appliquent sa politique de même.
La République est foulée aux pieds chaque jour. Il n’y a plus d’égalité devant la loi, la préférence étrangère est brandie à tous les étages et les citoyens relégués, considérés comme des ennemis…



29/05/2017 – 05h50 Dinard (Breizh-Info.com) –Nous évoquions l’arrivée de migrants à Dinard , dans un CAO (Centre d’Accueil et d’Orientation) établi dans le centre-ville de la commune. C’est fait, ils sont 17 à être arrivés, tous des hommes, majoritairement érythréens et soudanais.
Et comme vous le lirez ci-dessous, ordre est donné à ce que leur sécurité soit désormais la priorité des services de la police nationale locale…
 Nous nous sommes en effet procurés une note adressée aux travailleurs qui seront en relation avec ces migrants, aux agents de sécurité ainsi qu’aux forces de l’ordre. Nous vous la retranscrivons ci-dessous, afin que chacun puisse voir comment se met en place un accueil de migrants dans une petite commune de la taille de Dinard :
« Le CAO de Dinard est opérationnel. Il accueille à ce jour 17 hommes âgés de 18 à 40 ans de nationalités majoritairement érythréenne et soudanaise.
Le centre est situé chemin des Corbières à Dinard
Il est géré par un organisme mandaté par l’Etat et la charge de la structure revient à cet organisme, lequel dispose localement d’un travailleur social (M.P) sur site les jours ouvrables de 9 H 00 à 18 h 00. La structure est placée sous la responsabilité de Mme C.
De nuit le site est surveillé par uns société de sécurité qui dispose sur place d’un agent (de 18 à 9 h 00). Ce dispositif est également effectif les congés de fin de semaine et les jours fériés.
Un annuaire des responsables et des contacts sera prochainement édité.
Les personnes accueillies ont la liberté d’aller et venir. Elles disposent d’un pécule leur permettant de procéder à des emplettes personnelles, le gite et le couvert étant fournis au centre.
Les consignes qui ont été données aux personnes accueillies sont de ne pas se déplacer en groupe trop important, dans un souci de discrétion et pour réduire l’impact de leur présence au sein d’un environnement peu habitué ou pas habitué.
Le « couvre-feu » est en principe prévu à 22 heures mais sans obligation de réintégrer le centre à condition bien entendu que les allées et venues, les sorties et les retours soient dûment enregistrés par le gardien.
A l’instant « T » le gardien dispose de la liste des présents et des absents sur site.
Aucune personne étrangère au dispositif d’accueil (l’accréditation vaut pour l’organisme de gestion et la société de sécurité exclusivement) n’est autorisée à pénétrer sur le site.
Les bénévoles dûment recensés et triés seront autorisés dans un second temps. Le but est aussi d’éviter l’envahissement par les « bonnes volontés » mal gérées.
Le personnel de surveillance de la société de sécurité a été sensibilisé à l’appel 17 Police-Secours
A noter que, selon les informations que nous possédons,  « Une demande provenant du CAO sera traitée comme une urgence, quelque soit le moment.».
Priorité aux migrants donc, concernant la sécurité puisque la note explicite : « La menace peut venir de personnes mal intentionnées qui souhaiteraient s’en prendre à la structure sinon aux personnes qu’elle héberge. Dans ce cas, il s’agit de se montrer particulièrement réactifs. »
Enfin, il semblerait que la police municipale de Dinard ne soit pas enchantée à l’idée de devoir, elle aussi, s’occuper de ce public particulier et que cette dernière invoque le rôle donné à l’Etat, et non pas à la municipalité, pour maintenir l’ordre public.
Gilles Pennelle, principal leader politique d’opposition à la gauche en Bretagne, responsable du groupe FN à la Région Bretagne, s’est rendu récemment, en compagnie du candidat aux législatives Philippe Miailhes, devant le CAO pour dénoncer « la préférence étrangère », comme le montre la vidéo ci-dessous :
Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2017, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire